Depuis 2014, plus de la moitié du poisson consommé dans le monde l’a été à partir de produit de l’aquaculture. La part de l’aquaculture européenne dans tous ces produits est seulement de 1,23%.

Commençons par un peu d’histoire. L’aquaculture est une discipline ancestrale, dont on retrouve les premières traces dans les écrits des Chinois, des Égyptiens ou encore des Romains. Ces derniers maîtrisaient déjà l’élevage des poissons en étangs. Depuis les moines qui ont construits ces magnifiques paysages d’Europe, ces étangs de cultures ont longtemps nourri les hommes. Les ouvriers continuent par leur travail et leurs gestes quotidiens et séculaires de préserver l’écosystème et les paysages. C’est une alternative conséquente pour se substituer aux poissons venant du monde entier et/ou de pêches intensives.

La pisciculture désigne l’élevage des poissons en eau douce, en eau salée ou en eau saumâtre. Elle est ainsi une branche de l’aquaculture qui elle consiste en la production animale et végétale en milieu aquatique. Pour appuyer le premier chiffre cité, la majorité des poissons mis en vente sur le marché provient de la pisciculture. Ainsi selon les chiffres, l’Asie est le plus grand spécialiste de la pisciculture avec 90 % des poissons d’élevage qui proviennent de ce continent.

Il y a quelques précisions à apporter cependant. L’élevage est réalisé soit dans un étang avec un bassin en terre, soit dans un bassin artificiel, soit dans des cages. En effet, lorsqu’il s’agit d’une production en étang, les poissons se nourrissent de la production biologique du milieu en addition à des compléments alimentaires fabriqués ou achetés par les éleveurs. Les poissons élevés dans un étang sont herbivores, filtreurs ou omnivores. Pour ce qui est de l’élevage en bassin artificiel ou en cages, les poissons sont nourris essentiellement avec des aliments apportés par les éleveurs. Cependant, le désavantage de l’eau de l’élevage est qu’elle doit régulièrement être renouvelée afin de la maintenir riche en oxygène, d’où la facilité de se positionner en bord d’un cour d’eau. Avec la pisciculture intensive, c’est-à-dire l’élevage des poissons dans un bassin artificiel, il est nécessaire d’injecter constamment de l’oxygène gazeux pur dans l’eau de l’élevage, mais cette partie-là nous intéresse moins.

Un autre avantage, autre qu’alimentaire ou commercial est que l’aquaculture dans ce contexte de sécheresses estivales répétitives permet de garantir de l’eau l’été pour l’irrigation et cela évite aussi que les paysages se transforment en marécages l’hiver. D’un point de vue communautaire qu’est ce que cela apporte ?Face aux pénuries alimentaires qui pourraient nous guetter demain, face aux risques de pression excessive sur l’écosystème marins, la pisciculture se situe aujourd’hui comme un point de développement majeur que nous devons exploiter. Une aquaculture contrôlée peut permettre de limiter l’exploitation de certaines espèces de poissons menacées par la surpêche. Elle permet de répondre à la demande croissante de poisson comme source de protéines. En bref l’autonomie et l’ancrage dans son environnement rural reste le maître mot de ce système d’exploitation.

Nous pouvons établir un étang de pêche directement dans notre cour. Il est également possible d’élever des poissons dans un aquarium dans notre garage ou dans notre maison. Nous pouvons obtenir rapidement tout le matériel dont vous avez besoin pour établir votre petite ferme piscicole et commencer l’aquaculture. Ainsi il va falloir optimiser notre étang ou réservoir de pêche assez grand pour faire une production adéquate si un besoin commercial se fait sentir. Il est très simple d’avoir un étang dans son jardin et de doser judicieusement son écosystème pour réguler les algues, la reproduction des poissons et la présence d’oiseaux.