Petit rappel historique : L’eau a été la source d’énergie utilisée dans l’industrie pendant près de 4000 ans. La première machine a exploiter la puissance et le débit de l’eau a été la roue à aubes. L’énergie hydraulique donc est connue depuis très longtemps. Elle était principalement présente dans l’utilisation des moulins à eau.

Depuis le XIXème siècle “l’énergie hydraulique permet de fabriquer de l’électricité, dans les centrales hydroélectriques, grâce à la force de l’eau. Cette force dépend soit de la hauteur de la chute d’eau (centrales de haute ou moyenne chute), soit du débit des fleuves et des rivières (centrales au fil de l’eau).”

LES AVANTAGES SUR LE TERRITOIRE NATIONAL SONT NOMBREUX, en effet EDF exploite 640 barrages dont 150 d’une hauteur supérieure à 20 m.

De plus c’est une énergie qui n’émet pas de gaz à effet de serre. Et comme le nucléaire, elle est utilisable rapidement grâce aux grandes quantités d’eau stockée, c’est aussi une énergie renouvelable très économique à long terme.

Mais en France on peut également noter que nous sommes en train d’atteindre le stade maximum de notre potentiel hydraulique, c’est à dire que tout les torrents et rivières à potentiels ont tous leurs barrages.

D’un point de vue souveraineté et localisme cette source d’énergie est nécessaire à prendre en compte en même temps que celle de l’accès à l’eau.

En effet produire nous-même notre énergie nous met à l’abri des caprices des distributeurs de l’énergie et de leurs prix.

Ainsi une des solutions demeure les mini/micro/pico centrales hydrauliques qui permettent de produire de l’électricité à petite échelle, à partir de la force de l’eau, elles sont presque essentiellement des ouvrages au fil de l’eau : la turbine est positionnée dans le lit de la rivière ou en bas de la chute d’eau et la production d’électricité varie avec le débit de la rivière.

Le côté négatif est qu’elles sont donc très tributaires du régime hydrologique de la rivière sur laquelle elles se trouvent.

Plusieurs solutions comme un générateur ultra-compact, comme celle mis au point à Gifu par exemple, facilement transportable et capable de fonctionner même avec un mince filet d’eau courante. Déjà testé pour l’éclairage de rues, il devrait permettre à des gens vivant dans des régions reculées du monde de produire leur propre électricité.