Jean-Claude Michéa, « Notre ennemi le capital » ou la gauche intelligente et enracinée

Si tu as toujours eu envie de lire Marx mais que la taille du pavé t’a refroidi, ce livre est pour toi. L’ouvrage se construit en deux parties et donne un tour d’horizon passionnant des réflexions de la gauche authentique sur le travail et l’argent.

La première partie du livre est un échange avec Michéa en quatre questions. L’occasion pour celui-ci de tirer à boulets rouges sur le libéralisme et la destruction de la gauche, ainsi que son glissement idéologique qui l’a fait renier ses origines. Il y aborde sans soucis le besoin d’enracinement au sein des communautés et des pays.

La seconde partie est composée de notes, qui sont en fait des brefs résumées/explications de points précis issus de l’échange précédent. Le transhumanisme, les droits de l’homme, la haine bourgeoise (de gauche comme de droite) du peuple, l’autonomie locale et de nombreux thèmes sont évoqués.

Ce livre, court et facile à lire car divisé en pleins de petites parties indépendantes, a deux grandes forces. Tout d’abord, il donne une belle idée de la gauche, réaliste et incarnée, qui ne va pas foncer tête baissée dans les progrès sociétaux, mais défendre les conditions d’existence humaine d’un peuple concret (critique de l’amour des minorités, défense de l’héritage culturel) etc.). Michéa a donc une vision bien plus mesurée qu’un communisme totalitaire. Il se fonde, entre autre, sur la common decency. En opposition totale avec les réflexions modernes, Michéa plaide pour le bon sens populaire et n’a pas peur du mot populisme, pris dans son sens premier. Les antifas en prennent également plein la gueule.

Un autre atout de ce livre est le nombre de références, citations et renvois qui donne envie d’acheter chaque livre évoqué pour creuser les sujets. Loin d’être un manuel auto-suffisant, Notre ennemi, le capital donne à penser, et à lire. Un ouvrage utile pour celui qui cherche à comprendre comment un groupe de droite peut lire sans soucis des auteurs catalogués à gauche, ou qui souhaite nourrir une réflexion personnelle sur de nombreux thèmes annexes (travail, vie humaine, robotisation, argent, minorité, enracinement etc.).

Enfin, la haine du Versaillais fera plaisir à plus d’un.

Jean Claude Michéa

Pour aller plus loin :
• Notre bibliographie : https://dextra.fr/bibliographie/
• Nos émissions radio : https://www.youtube.com/channel/UCltQ_dgR8-G8_mTlWE8QSKA